LE VESTIGE D'UN VOL / Jean-Marc Cerino

du 3 novembre au 22 décembre 2018

Réalisées d’après des photographies et des dessins, pour l’essentiel d’anonymes, les peintures sur et sous verre de Jean-Marc Cerino forment ce que l’artiste appelle un regard partagé du monde. Il tente de restituer le monde vu par ce « commun» et constitue un ensemble toujours en devenir.

Le vestige d’un vol... vestige est ici à prendre dans le sens qu’en donne Thomas d’Aquin, celui de la fumée dont le feu est la cause, mais dont elle revêt une toute autre forme. De l’événement peut naitre une image ; une image qui en résulte mais qui trouve sa propre forme. Les images vestiges sont ces formes propres des moments, mouvements, passages du réel. Pour le dire avec Jean-Luc Nancy, vestige : « témoigne d’un pas, d’une marche, d’une danse ou d’un saut, d’une succession, d’un élan, d’une retombée, d’un aller-ou-venir, d’un transire », d’un aller au-delà.

Il s’agit pour Jean-Marc Cerino d’aller dans l’espace infini des images produites par les anonymes sans hiérarchiser ni classer, pas même monter, mais plus simplement de s’y promener et s’y perdre, tel le vol d’un papillon. Au regard des imagessélectionnées par l’artiste, il ne semble rien rester de ce parcours ou cheminement, que de simples instants de pose. Et pourtant, ces instants, sans le retracer, ouvrent malgré tout sur ce vol, deviennent des vestiges de ce vol.

Le vestige de ce vol dans les images du passé comme dans le passé des images recueille, accueille une charge qui, par rebond, traverse notre présent.

Pour être en accord avec ce projet quelques pièces changeront dans l’accrochage, plusieurs fois durant l’exposition. Ainsi, des instants de pose s’effaceront et de nouveaux apparaitront. Que l’exposition soit elle-même à l’image de l’ouvert de ce vol. qu’elle soit comme la fumée, qui continue de s’épandre, sans se figer.

-

communiqué de presse (PDF)

dossier de presse (PDF)